Le mot du curé

patrick
La Résurrection a jailli du tombeau.

Au dehors de l’église encore dans la nuit qui se termine, un feu a été allumé. Tout est prêt pour l’embrasement du cierge pascal. Ce geste fait écho à la célébration de la “sainte lumière” qui se déroule chaque nuit de Pâques, à Jérusalem, depuis les premiers temps du christianisme : le patriarche entre dans le Saint Sépulcre où il recueille une flamme. Comme en Terre sainte, cette nuit, devant notre paroisse, la cire du cierge pascal embrasé au feu nouveau commence à couler, sève de la vie nouvelle. Le diacre soulève la colonne de cire et se dirige vers l’église. Semblable aux hébreux traversant de nuit la mer Rouge derrière la colonne de feu, nous nous mettons en marche à sa suite. A trois reprises, le diacre qui a pénétré dans l’édifice s’arrête et crie : “Lumière du Christ !”... Lire plus
La Résurrection a jailli du tombeau.

Au dehors de l’église encore dans la nuit qui se termine, un feu a été allumé. Tout est prêt pour l’embrasement du cierge pascal. Ce geste fait écho à la célébration de la “sainte lumière” qui se déroule chaque nuit de Pâques, à Jérusalem, depuis les premiers temps du christianisme : le patriarche entre dans le Saint Sépulcre où il recueille une flamme. Comme en Terre sainte, cette nuit, devant notre paroisse, la cire du cierge pascal embrasé au feu nouveau commence à couler, sève de la vie nouvelle. Le diacre soulève la colonne de cire et se dirige vers l’église. Semblable aux hébreux traversant de nuit la mer Rouge derrière la colonne de feu, nous nous mettons en marche à sa suite. A trois reprises, le diacre qui a pénétré dans l’édifice s’arrête et crie : “Lumière du Christ !” Ce à quoi nous répondons avec une intensité croissante :

“Nous rendons grâce à Dieu”.

Le feu pascal est communiqué aux fidèles qui tiennent un cierge à la main. La lueur croissante disperse les ténèbres de la nef, image de la lumière du Christ dispersant les ténèbres du péché. Le cierge pascal est placé près de l’ambon, va y demeurer jusqu’à la Pentecôte pour signifier la présence du Ressuscité... Il disparaitra le jour de la Pentecôte. Oui, c’est une belle veillée que nous nous prêtons à vivre avec un changement dû à la pandémie mais cette fête culmine l’année liturgique.

C’EST BIEN LE CHRIST RESSUSCITE QUE NOUS CELEBRONS LE JOUR DE PAQUES !

Remémorons-nous les paroles de Jésus :
“Je suis la Résurrection. Qui croit en moi, même s’il meurt, vivra ; et quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais” Jn 11, 25-26.

Remémorons-nous ces paroles, lorsque, à l’occasion des baptêmes et des enterrements, nous verrons à nouveau s’illuminer la cire du Ressuscité.
Joyeuses fêtes de Pâques à vous tous

Abbé Patrick DELECLUSE, curé
Aumônier Diocésain de l’Hospitalité de Lourdes et Délégué de l’Œuvre d’Orient pour le Diocèse de Lille